Nos Machines de Guerre

Frissonnez devant la puissance de leurs tirs !

“Après plusieurs années de recherches et un travail exceptionnel de reconstitution fait par Armedieval, vous pourrez voir ces trois fabuleuses armes de jets.”

Photo de la machine de guerre : Le Mangonneau à roue de carrier

Le Mangonneau à roue de carrier

La machine la plus la plus ancienne et la plus redoutable.

Il a été inventé au XIIème siècle. En une heure, il permet de tirer deux boulets pesant jusqu’à 100 kilos.

L’appellation “Carrier” provient du fait que ces roues, connues depuis l’antiquité, équipaient notamment les carrières de pierre.

Mais son contrepoids fixe sur le mât empêche la constance et la précision de son tir.

Les ingénieurs ont alors trouvé une solution : le contrepoids à balancier, présent sur le trébuchet et sur le couillard.

Le Trébuchet

L’engin de jet le plus puissant de l’époque.

De l’occitan “trébuca” qui signifie : “qui apporte les ennuis”, cet engin est capable de projeter deux boulets de 125 kilos par heure. Il martèle les murailles des châteaux assiégés pour ouvrir une brèche et permettre l’assaut.

Cependant, cette machine de guerre demande un grand nombre de servants pour être actionnée.

Photo de la machine de guerre : Le Trébuchet
Photo de la machine de guerre : Le Couillard

Le Couillard

La plus perfectionnée des machines à contrepoids.

Inventé au XIVème siècle, sa cadence de tir est six fois supérieure au trébuchet mais il tire des boulets de 35 kilos seulement.

Sa construction et son utilisation sont facilitées par ses deux huches articulées et une simple équipe de quatre hommes est nécessaire pour lancer jusqu’à 10 boulets par heure.

Nos Machines de guerre

Photo de la galerie d'image - Machine
Photo de la galerie d'image - Entrée
Photo de la galerie d'image - Trébuchet
Photo de la galerie d'image - Tour en pierre

Nos Machines de guerre sont actionnées tous les jours pour le plus grand plaisir de vos yeux.

Vous pourrez également découvrir un canon, une chèvre à mouffle, un pilori, une forge et bien d’autres surprises…